quinta-feira, 31 de janeiro de 2013

Coisas que nunca vamos ver no Spes


Sermon de Mgr Bernard Fellay pour l’ordination sacerdotale de l’abbé Bertrand Lundi, le 27 janvier 2013, à Saint-Nicolas du Chardonnet 

(...)

C’est notre histoire, celle de la Fraternité, celle de notre fondateur. Et cette histoire, mes bien chers frères, elle continue. Je dirais même que, devant cette réalité sublime, parler d’accords ou pas avec Rome, est une bagatelle. Défendre la foi, garder la foi, mourir dans la foi, voilà l’essentiel ! On a l’impression que les autorités romaines ne nous comprennent pas, parce qu’elles n’ont pas compris que, pour garder cette foi catholique, nous sommes prêts à tout perdre. Nous ne voulons absolument pas lâcher la foi. Or malheureusement c’est un fait que l’on constate tous les jours, avec le Concile, par le Concile, et dans le Concile, ont été introduits des poisons qui sont dommageables à la foi, qui conduisent les âmes dans l’erreur, qui ne les défendent plus, qui ne les protègent plus dans leur foi. Nous dénonçons cela, et c’est pour cela qu’on nous condamne. Encore aujourd’hui, la condition que l’on veut nous imposer pour nous reconnaître le titre de catholique, c’est d’accepter ces choses-là qui justement démolissent la foi. Mais nous ne pouvons pas, c’est tout, c’est simple. En aucun cas, nous ne sommes d’accord pour diminuer ce qui est absolument essentiel pour aller au Ciel, la foi, avec toutes ses conséquences. C’est pourquoi ce combat est nécessaire, un combat de tous les jours.


Assim que conseguir uma boa tradução irei colocar! 

Nenhum comentário:

Postar um comentário